top of page
  • Photo du rédacteurBusiness Story Magazine

L’histoire incroyable d’AS Transports JLF

AS Transports JLF est l’archétype de l’entreprise qui monte, qui monte.
Son histoire est incroyable. En moins de quatre ans, elle a quadruplé son chiffre d’affaires, créé des dizaines d’emplois et ne cesse d’investir. Comment peut-on réaliser des performances à deux chiffres dans un contexte économique qui, on ne peut plus, morose ? Retour sur l’aventure de trois mousquetaires qui composent une alchimie managériale infaillible. Jean-Luc Facq, directeur associé chargé de l’exploitation, Mohamed Chouala, président chargé de la gestion financière et Sébastien Laurent, directeur associé chargé de la gestion commerciale.


Lundi, 10h du matin, petite voix à l’interphone, puis ouverture de l’un des deux grands portails de façade. Celui réservé aux entrées des voitures des employés et des visiteurs. Le parking est déjà impressionnant par sa surface et par le rangement géométrique d’une centaine de véhicules. La première remarque qui saute aux yeux est la propreté du sol goudronné aux tons gris-bleuté, avec une harmonie des tracés et une bonne lisibilité des marquages. La seconde, qui ne peut pas échapper à un journaliste d’investigation, est la disponibilité de places, délibérément vides pour les visiteurs, disposées juste en face de l’accueil. Décidément, aucun détail ne semble négligé dans cette entreprise de transports située sur la zone industrielle de Seclin, à proximité des autoroutes du Nord. Le bâtiment, d’un blanc immaculé, est positionné en bout de terrain au milieu des deux parkings. Celui du personnel administratif et des visiteurs et l’autre, juste en face, pour la flotte de camions alignés en queue de pie. Le bureau de la direction est disposé juste en face du grillage séparant les deux surfaces. Il a une vue panoramique sur tout ce qui bouge sur le site. Le parking des véhicules de transport, beaucoup plus grand, est aménagé de manière hyper ergonomique. Accès direct aux plateformes de dépôt et de levage, donnant sur l’entrepôt de stockage, allées étudiées pour permettre aux camions mastodontes d’effectuer toutes leurs manœuvres de circulation, mais aussi une station de carburant et de lavage bien disposés sur un trajet qui semble déjà bien tracé.


On a l’impression de franchir l’entrée d’une clinique spacieuse, impressionnante par la blancheur de ses murs, de ses fenêtres et de ses stores.

On est loin des espaces, plus modestes, de la société AS Transports d’antan dirigée par Mohamed Chouala. Depuis son rachat de l’entreprise JLF, la fusion des deux entités et l’intégration de Jean-Luc Facq dans la direction, dont les initiales ne sont autres que celles composant le nom de son ancienne activité, AS Transports JLF a pris une autre dimension. Les espaces d’accueil exigus des anciennes entreprises ont cédé la place à un magnifique sas d’entrée. On a l’impression de franchir l’entrée d’une clinique spacieuse, impressionnante par la blancheur de ses murs, de ses fenêtres et de ses stores. La lumière du jour qui règne à l’intérieur du bâtiment, dans les couloirs et les espaces de bureaux, est troublante. Comment peut-on être à l’intérieur d’un bâti tout en ayant l’impression d’être à l’extérieur ? L’aménagement semble spécialement étudié pour optimiser l’éclairage naturel de manière à réduire la facture énergétique, mais aussi pour offrir au personnel administratif, très discret dans cette tour magique, les meilleures conditions de travail. Une chose est sûre, chez As Transports JLF, certains doivent se sentir mieux que chez eux ! C’est peut-être le but recherché par les initiateurs de cette firme hors du commun. Par le président, Mohamed Chouala, et ses directeurs associés, Jean-Luc Facq et Sébastien Laurent.


En moins de quatre ans, l’entreprise a quadruplé son chiffre d’affaires, ce qui a permis de créer des dizaines d’emplois tout en continuant à investir et à peser positivement sur l’économie nationale. Sans forcément viser d’objectif macro-économique, AS Transports JLF fait partie des acteurs qui contribuent aux élans de relance, aujourd’hui tous importants, pour sortir le pays de la crise et voir le bout du tunnel. Car derrière leur activité, c’est toute une armée d’artisans, d’indépendants, de fournisseurs et d’entreprises de différentes tailles qui sont impactés et entraînés dans leur mouvement de croissance.




L’histoire est d’autant plus belle qu’AS Transports JLF est le fruit des retrouvailles entre camarades de collège, quarante ans après s’être perdus de vue. Il s’avère qu’ils font le même métier avec des compétences complémentaires. Leur union, basée sur une confiance acquise enrichie de leur capitalisation d’expérience, ne pouvait que générer de la force. Quand on les voit à l’œuvre, dans leurs bureaux, on a l’impression qu’ils sont toujours dans leur cour de récréation. Ce qui ne les empêche pas d’injecter toute leur maturité professionnelle pour mener à bien leurs affaires et gérer leur entreprise. Rigueur et bonne humeur font bon ménage chez AS Transports JLF et cela se sent auprès de toutes les collaboratrices et collaborateurs qui les entourent.



Pour Jean-Luc Facq, le Directeur d’Exploitation, la confiance qui règne entre les associés d’AS Transports JLF est un véritable atout. Sa remarque est sans ambages ; « quand on retrouve un camarade d’enfance qu’on a apprécié, la question de confiance ne se pose même pas. C’est comme si nous étions restés potes depuis notre jeunesse. Personne n’empiète sur la responsabilité de l’autre ou ne pose la moindre question là-dessus. Si vous regardez les entreprises qui réussissent, vous verrez que c’est souvent grâce à une entente parfaite entre associés. Aujourd’hui, plus que jamais, un entrepreneur a besoin d’un alter-ego pour prendre les bonnes décisions. Chez AS Transports JLF, chacun des associés n’a pas qu’un seul alter-ego, mais deux ! ».


Au loin, on entend quelques rires ici et là, témoignant de l’ambiance conviviale qui règne dans ce havre de paix. On reconnaît la voix enjouée du président qui s’amuse avec sa responsable juridique, Marie-Anne Lesot. Plus tard, cette dernière nous fait un aveu qui résume l’état d’esprit d’AS Transports JLF. « Monsieur Chouala, notre Président, accorde une importance primordiale à l’humain. Il s’avère que les trois associés ont un caractère très sociable, empathique et agréable. Cela joue énormément sur l’ambiance et le fonctionnement de l’entreprise. Les collaborateurs ne font que suivre leur exemple. Ils viennent tous avec le sourire le matin et chaque salarié a l’impression de faire partie d’une grande famille. »


Quand on pense à une entreprise de logistique et transports installée dans une zone industrielle, on imagine souvent un sol huileux, un bruit continu de camions, des ouvriers qui crient dans tous les sens pour se faire entendre. As Transports JLF est à l’anti-thèse de cette image. C’est une entreprise qui casse les codes et qui nous fait oublier tout ce que nous pouvions imaginer auparavant en termes de management. Et les résultats sont là ! « En moins de quatre ans, AS Transports JLF est passée de 32 à plus de 100 salariés et surtout de 3,2 à 12,7 millions d’euros de chiffre d’affaires, nous confie son Président, Mohamed Chouala. Nous avons investi plus de 12 millions d’euros dernièrement et notre croissance nous incite à investir à nouveau, car nos entrepôts, déjà bien grands, commencent à se faire petits par rapport à l’afflux des demandes ».


Pour la petite histoire


A la veille du premier confinement, au 15 mars 2020, les entrepôts d’AS Transports JLF, dont l’aménagement n’a pas encore été achevé, ne comptaient qu’une trentaine de palettes en stock. Le lendemain, un client, dans le secteur de la santé, a demandé à l’entreprise si elle pouvait assurer le stockage d’une centaine de palettes. Après avoir dit « oui », les dirigeants avaient mis les bouchées doubles pour finir les aménagements et l’organisation des rayonnages. L’entrepôt ressemblait à une fourmilière avec des dizaines d’artisans à l’œuvre pour terminer le chantier. Fort heureusement, car dans les jours qui ont suivi, ce n’est pas une centaine de palettes qui a été accueillie, mais plus de 3000 palettes de marchandises. Pour assurer la sécurité de l’entrepôt, dont le contenu devenait très précieux, AS Transports JLF a engagé deux entreprises de sécurité et de gardiennage. Depuis, l’entrepôt est toujours rempli, avec plus de 5000 palettes stockées en lieu sûr. Peut-on parler de chance ? Delphine Vanneste est plus nuancée : « Oui, nous avions eu la chance d’être sollicités, mais nous avions eu aussi l’audace d’assurer des commandes pour lesquelles nous n’étions pas complètement préparés ».


A la veille du confinement, on nous a sollicités pour stocker une centaine de palettes, nous en avions reçu 3000.

Mohamed Chouala, la force tranquille !


Il s’appelle Mohamed Chouala, Chou pour les intimes. Chef d’entreprise, logisticien des transports et gestionnaire financier de formation, rien ne le présageait à être un jour à la tête d’une entreprise qui pèse des millions d’euros. Après ses études, il pensait faire carrière dans la comptabilité, tranquillement, mais le destin en a décidé autrement. Sa rencontre avec un entrepreneur l’invitant à s’associer avec lui pour bénéficier de ses talents et surtout de la possibilité que lui confèrent ses diplômes pour obtenir les homologations nécessaires pour entreprendre dans les transports, va changer sa trajectoire. Associé à une petite entreprise locale au départ, il va petit à petit faire son nid dans le secteur, créer d’autres structures, en racheter, redresser, développer, jusqu’au deal qui va l’amener à l’aventure AS Transports JLF, en compagnie de son camarade de collège, Jean-Luc Facq et toujours associé à son fidèle compagnon, Sébastien Laurent. Aujourd’hui, pour lui, AS Transports JLF est plus qu’une entreprise, c’est une passion !


AS Transports JLF, représentée par son Président, Mohamed Chouala, a été la première entreprise française distinguée Lauréate Trophée des Territoires 2021.


Découvrez l’histoire complète dans Business Story Magazine n°1 de mai 2021 et l’interview du Président d’AS Transports JLF dans l’édition n°3 d’octobre 2021.

Comments


bottom of page