top of page
  • Photo du rédacteurBusiness Story Magazine

Mohed Altrad, le bédouin qui défia le destin

On rencontre sa destinée souvent par les chemins qu’on prend pour l’éviter. Cette fable de La Fontaine illustre l’une des plus belles définitions du « maktoub », ce destin « écrit » quelque part pour chacun de nous. Pourtant, un homme va démontrer au monde entier que l’on peut transgresser cette règle et agir autrement. Il est la preuve vivante que l’on peut prendre son destin en mains, défier la fatalité et écrire une autre histoire de soi-même que celle qui semblait prédestinée pour lui. Cet homme s’appelle Mohed Altrad !


Rien ne prédestinait Mohed Altrad à devenir l’homme d’affaires qu’il est devenu et, encore moins, à faire partie des plus grandes fortunes mondiales dans le classement Forbes. Né dans un milieu de bédouins dans le désert syrien, sans jamais connaître sa véritable date de naissance, entre 1948 et 1951, il est le propriétaire et dirigeant du groupe Altrad et du Montpellier Hérault Rugby. Il est aussi auteur de romans et d’ouvrages de management. Il siège au conseil municipal de Montpellier, depuis juin 2020, dans l’opposition.


Il a connu une enfance difficile et raconte même avoir été le fruit d’un viol. Sa mère, membre d’une tribu bédouine aurait été violé à deux reprises par le chef de tribu, un homme violent qui causa la mort de son frère aîné à force de maltraitances. Répudiée par le père, sa mère décède peu de temps après sa naissance, alors qu’elle devait avoir dans les quinze ans. Mohed Altrad fut alors élevé dans la pauvreté par sa grand-mère, peu chaleureuse et qui le contraignait à devenir berger. Étant bédouin, il n’avait pas accès à l’école. Il apprend donc seul en allant, en cachette, écouter l’instituteur qui remarque ses dons et finit par l’aider jusqu’à l’obtention de son bac. Souvent persécuté par ses camarades, certains l’avaient même enterré vivant un jour et il avait péniblement réussi à s’en sortir. Boursier, venu à Montpellier avec 200 francs en poche, l’équivalent de 30 euros, il étudie en France et obtient plusieurs diplômes d’études supérieures dont un doctorat en informatique à Paris.



Une enfance terrible dans le désert Syrien. Tout jeune, certains de ses camarades l'avaient même enterré vivant.

Le rachat de MEFRAN, PME en faillite est le point de départ du groupe Altrad. En 2015, le groupe franchit une étape stratégique majeure en signant l’acquisition du groupe néerlandais Hertel et ses 70 filiales à travers le monde. La même année, Mohed Altrad est désigné « Entrepreneur mondial » par Ernst & Young Entrepreneur of the Year Award. Il est le premier français à recevoir ce titre. Aujourd’hui, le groupe est présent dans plus de 100 pays, compte 42000 collaborateurs dans le monde et réalise plus 4,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Ce qui n’empêche pas Mohed Altrad de se consacrer à l’écriture, à sa famille et à ses cinq enfants. Une vie qui contraste avec celle qu’il a eu dans sa jeunesse et qu’il a réussi à assurer, notamment en installant le siège du groupe dans une annexe de sa maison de campagne, qu’il a baptisée « la bergerie », et en évitant les pratiques des grandes structures qui consistent à s’enfermer dans des grandes tours parisiennes.


La 20e campagne de peinture de la tour Eiffel, la maintenance du parc pétrolier off-shore d’Afrique de l’Ouest ou encore le barriérage du tour de France, c’est le Groupe Altrad. Mais Mohed Altrad, c’est plus que ça ! Il finance plus de 300 actions par an dans la lutte contre les violences faites aux femmes, la lutte contre l’obésité, la construction de lieux d’accueil pour adultes handicapés et les personnes vulnérables, mais aussi des actions pour l’environnement principalement axées sur la dépollution des mers et des océans.




Des échafaudages au Rugby


En 2011, Mohed Altrad sauve le club de rugby de Montpellier en investissant 2,4 millions d’euros. Sous sa présidence, le Montpellier Hérault Rugby remporte le Challenge européen 2015-2016, premier titre majeur du club héraultais. En 2017, le groupe Altrad devient la première entreprise privée de l’histoire à s’afficher sur le maillot de l’équipe de France de rugby à XV en soutenant la candidature française à l’organisation de la Coupe du monde de rugby 2023. Contre toute attente et alors que la France n’est pas favorite, elle est désignée comme pays hôte de cette Coupe du monde. Dès janvier 2022, le Groupe Altrad devient également le sponsor officiel des All Blacks, mais aussi des équipes néo-zélandaises de Rugby amateur pour encourager l’éducation par le sport.



Souhaitant s’investir plus pour la ville qui l’avait accueilli, Mohed Altrad se présente pour les élections municipales de 2020 à Montpellier. Sa liste arrive en 3e position et obtient plus de 18% des suffrages, ce qui est un record pour un Français issu de la diversité.


Beyond possible - au-delà du possible - c’est la raison d’être du groupe Altrad.

Quel regard avez-vous sur votre parcours ? De quoi êtes-vous fier aujourd’hui ? Quand on lui pose la question, Mohed Altrad répond ainsi ; « ma plus grande fierté, c’est d’être parvenu à sortir de la condition qui m’était assignée. Aller au-delà des limites écrites, que je n’aurais jamais dû dépasser. C’est cela ma fierté. Et c’est l’état d’esprit que j’essaie d’insuffler à mes collaborateurs et managers des différentes filiales et branches du groupe, leur dire qu’ils peuvent toujours faire plus que ce qu’ils pensent. « Beyond possible » - au-delà du possible - c’est la raison d’être du groupe Altrad. ».


Découvrez l’histoire complète dans Business Story Magazine n°1 de mai 2021.

Comments


bottom of page